Achat EOS de : 29 000 ETH ($18 millions) « gros doigt » ou illustration de la Loi de Gresham

Dimanche, un investisseur a investi plus de 29 000 ethers, soit, au moment des faits, plus 18 millions de dollars- en EOS.  “gros doigt”  ou illustration de la Loi de Gresham
EOS est un projet qui vise à mettre une plateforme de smart contracts dont le consensus est obtenu par une preuve d’enjeu déléguée. Le projet et l’ICO EOS ont été lancé depuis bientôt un an par Dan Larimer. Le Le système ingénieux d’ICO  se compose de rounds de 23 heures sur une période de 365 jours. À chaque round, le total d’EOS délivré pendant la session est divisé au prorata du nombre d’éthers récoltés.   Le token EOS étant déjà listé sur un certain nombre de plateformes (Binance, Kraken, etc.). Il y a un arbitrage permanent entre le prix sur les exchanges et le prix à chaque round. Vous pouvez consulter la variation du prix en fonction du temps sur EOSscan.

On parle de “gros doigt” lorsqu’un opérateur de marché passe, “par erreur”, un ordre au prix de marché beaucoup plus important qu’il ne le souhaitait. Dans notre cas on peut douter  qu’il agisse d’un « gros doigt » puisque l’événement a eu lieu pendant le 344e round de l’ICO d’EOS.

Il y a donc un gros investisseur qui arbitre ces ETH vers EOS et nous retrouvons ici la théorie  de l’économiste Thomas Gresham connu pour « La mauvaise monnaie chasse la bonne » Ceci s’explique lorsque deux monnaies se trouvent simultanément en circulation avec un taux de change légal fixe, les agents économiques préfèrent conserver, thésauriser la « bonne » monnaie, et par contre utilisent pour payer leurs échanges la « mauvaise » dans le but de s’en défaire au plus vite. Mais on oublie souvent que la loi de Gresham n’existe que parce que l’État impose un cours légal, par exemple un taux de change entre deux étalons monétaires. Pour cette raison, quelques économistes libéraux, comme Friedrich Hayek, voient dans cette loi une justification à un système de monnaies privées et toute les crypto-monnaies sont des monnaies privées. Gresham et les libéraux rappellent que si l’on peut échanger les monnaies que l’on souhaite au tau que le marché fixe, alors c’est la bonne monnaie qui chasserait la mauvaise. Et les évolutions  Crypto-monnaies montrent que que ces théories vont être expérimentés ce qui explique la volatilité suivant les avancées technique d’une monnaie face à une autre.

L’ICO de Dan en est un incroyable exemple par bien des aspects. Avec près de 4 milliards de dollars récoltés, il s’agit du financement initial d’un projet le plus important de l’histoire des crypto-monnaies, mais également des startups.De plus Dan Larimer ne cache pas qu’il lève des fonds en utilisant le protocole qu’il souhaite remplacer : Ethereum. Il détient ainsi une quantité très importante d’ethers et pourrait faire décaler le marché s’il en prenait la décision, accentuant la tendance baissière actuelle. On peut en tout cas être certain d’une chose, c’est qu’EOS est en train de marquer l’histoire de l’écosystème dans lequel nous évoluons. Voilà une légende supplémentaire qui viendra s’ajouter au folklore de notre monde fétiche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *