Flash krach, n’ayez pas peur !

 

Entre vendredi et samedi, le marché des crypto-monnaies a vu s’effacer entre 10 et 40% de sa valeur. Respiration ou début d’une correction de plus grande ampleur ? Voici quelques éléments de réponses.

Premièrement, le Bitcoin a plus que doublé en un mois, l’Ether a multiplié sa valeur par 20 depuis le début de l’année et il en va de même pour l’ensemble du marché. Les arbres ne montants pas jusqu’au ciel, il est normal d’avoir des corrections soudaine et brutale afin de purger le marché de ses excès récents. Cela permet généralement au marché de reprendre son souffle afin de mieux pouvoir repartir de l’avant.

Deuxièmement, le Japon vient d’autoriser le paiement en Bitcoin et de fait, lui reconnait pleinement le rôle de monnaie. Cette reconnaissance officielle d’un grand pays draine immanquablement des flux acheteurs sur le Bitcoin et par effet de contagion sur l’ensemble des crypo-monnaies.

Ensuite, la SEC (Security Exchange Commission), le gendarme de la bourse américaine, va examiner de nouveau le projet d’un ETF basé sur le Bitcoin. Ce produit coté en bourse permettrait ainsi d’investir sur la devise internet aussi simplement que d’acheter une action en bourse. Le marché potentiel est donc gigantesque car beaucoup de gérants d’actifs ne peuvent aujourd’hui investir sur les crypto-monnaies.

Dernier point et non des moindres, le ramsonware qui a infecté récemment des milliers d’ordinateurs demandait à être payé en Bitcoin. De nombreuses entreprises a travers le monde auraient donc constituées des resserves afin de faire face aux demandes des pirates. Une fois le piratage jugulé, elles auraients vendues leurs Bitcoins sur le marché entraînant ainsi sa chute.

En résumé, nous pensons que la tendance de fonds sur le Bitcoin et les crypto-monnaies est une lame de fonds  et que bien que sujette à une forte volatilité entraînant des corrections violents, la technologie Blockchain est en passe de révolutionner notre monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *