Archives de catégorie : Scam / Arnaques

Apres Madoff vive Bitconnect la Ponzi-Blockchain

Le 11 décembre 2008 Bernard Madoff était arrêté. Le monde découvrait alors que le fonds Madoff avec 65 Milliards de dollars de passif n’était qu’une escroquerie basée sur un schéma de Ponzi. Les intérêts des anciens clients (10% par ans environ) étaient payés par les nouveaux clients. Madoff justifiait les très bonnes performances de son hedge funds par une méthode (secrète bien sûre) sophistiqué d’arbitrage sur les indices.

La lecture de ces quelques lignes devrait mieux vous aider à comprendre le système Bitconnect (qui représente déjà selon coinmarketcap 1.8 milliard de dollars de capitalisation). Bitconnect vous propose en effet de convertir vos Bitcoin en monnaie Bitconnect et de vous offrir un rendement de pres de 40% par mois comme l’on peut le voir sur leur site :

BitConnect lending plan

Bitconnect pour justifier de si bons rendements assure avoir une méthode  (secrète bien sûre) pour gagner grâce à la volatilité du Bitcoin. Vos fonds sont néanmoins bloqués de 120 à 300 jours (plus le montant est faible plus vos fonds sont conservés longtemps) une sécurité pour s’assurer la pérennité du modèle. Le système est, nous devons bien le reconnaitre, assez ingénieux. On est à mi chemin entre un schéma de Ponzi et une superbe création monétaire non contrôlée. Bitconnet vous propose en effet d’échanger des Bitcoin contre des Bitconnect. Vous pourrez avec vos Bitconnect avoir un super intérêt comme promis par la plateforme. La plateforme ne devrait jamais avoir de problème à vous payer en Bitconnect car il suffit de créer des Bitconnect (je n’ai trouvé nul part le modèle de création monétaire) qui est normalement public dans le cadre des crypto-monnaies. Et tant que personne ne veut convertir massivement ses Bitconnect en Bitcoin pas de problème. Et si c’était le cas un jours il suffirait à la plateforme de baisser (logiquement) le taux de conversion Bitcoin/Bitconnect pour faire face à ses engagements et garder la face. Le Ponzi 2.0 est né et il pourrait grossir à en rendre jaloux Madoff.

Si après la lecture de cet article, vous avez toujours envie d’investir et vous pensez pouvoir sortir avant que le schéma s’effondre c’est ici : https://bitconnect.co/ !

Alerte deux nouvelles ICO frauduleuses : REcoin et DRC

La Securities and Exchange Commission (SEC) a réussi à déjouer les plans d’un certain Maksim Zaslavskiy, qui projetait de frauder les investisseurs, par l’intermédiaire de deux ICO : REcoin et DRC world. Ces ICO se révèlent être un stratagème qui cache au mieux une pyramide de Ponzi.

Selon le communiqué de presse de la SEC (disponible ici),  les deux ICO frauduleuses étaient destinées à financer les projets REcoin et DRC world– pour Diamond Reserve Club. REcoin était présenté comme « la toute première cryptomonnaie adossée à l’immobilier ». DRC était censé investir dans les diamants. Pour convaincre les investisseurs, les porteurs de projets insistaient sur les « rendements appréciables », même si derrière les projets il n’y avait que du vide. En plus de mentir sur les gains potentiels que les investisseurs pouvaient réaliser dans les deux ICO, les auteurs affichaient avoir une « équipe d’avocats, de professionnels, de courtiers et de comptables », dont la plupart devaient jouer un rôle déterminant dans l’avenir de tous les investissements. Bien évidemment, il n’y en avait pas. Ils ont également falsifié les montants d’argent recueilli pour rendre les projets plus crédibles. Ils prétendaient avoir récolté entre 2 et 4 millions de dollars. En réalité, ils n’avaient perçu « que » 300 000 $, une somme déjà importante pour des projets remplis de vide.

La SEC a déjà obtenu une ordonnance de référé du tribunal, pour geler les actifs de Zaslavskiy et de toutes ses entreprises. Cependant, on ne sait pas bien comment les victimes de ce stratagème frauduleux seront indemnisées. Les sites des deux ICO https://101recoin.com  et  https://drc.world/ affichent un message qui met en avant un soit disant mal entendu avec la SEC. Rester à l’écart de ces ICO semble néanmoins du bon sens.

Vous pouvez retrouver la liste de toute les ICO frauduleuses sur http://blockchain-invest.fr/category/scam-arnaques/

Attention à Plexcoin une probable nouvelle arnaque

Pour ceux et  celles qui naviguent sur les forum blockchain notamment sur Facebook vous avez pu tomber sur des pub pour Plexcoin l’offre fait valoir un nouveau token bassé sur Ethereum qui offrirait « des services connexes (PlexWallet, PlexCard et PlexBank) développés de manière à révolutionner l’utilisation de la cryptomonnaie et de la rendre accessible à tous »

Néanmoins de nombreux indices nous permettent de penser que c’est un « scam » ou en français dans le texte une belle arnaque.

  • Les démarches invérifiables voir fausses au sujet de la PlexCard VISA (carte Visa) proposée ;
  • Le manque de transparence du site Internet PlexCoin
  • Le manque de transparence sur la composition de l’équipe proposant le projet
  • Adresse du bureau inconnu
  • Nom de domaine enregistré derrière un proxy anonyme

L’autorité des marchés financier du Québec appel à la plus grande vigilance et a demandé la fermeture de tous les sites associé à l’activité de Plexcoin.

Plexcoin singe des projets comme https://www.tenx.tech, qui elle a une équipe publique https://www.tenx.tech/#team et une technologie qui est bien plus sérieuse : http://www.comit.network/. Plexcoin ne repose sur rien . TenX est le projet sérieux

Top 10 des arnaques aux crypto-monnaies

Si les crypto-monnaies et les ICO sont la plus part du temps sérieuses, certaines offres sont tous simplement des arnaques voici notre liste :

  1. bitconnect.com qui représente une capitalisation de près de 1,6 Md€ repose sur un principe vous pouvez investir vos BitConnect dans la plateforme de prêt Bitconnect (complètement centralisé très étrange quand l’avantage de la blockchain et de décentraliser). Vous recevrez alors un bénéfice quotidien basé sur vos options d’investissement plus ou moins long avec des taux de 0,10 à 0,25% par jour soit 40% par mois. Bitconnect justifie de tel rendement par la faculté à utiliser un trading bot sur la volatité du bitcoin. Ca me rappel la belle histoire de Madoff qui justifiait lui aussi ces taux de rendement par un super robot trading sur le NASDAQ. En plus des nouveaux clients Bitconnect peut payer ses rendements grâce à la création de coin qui reste très opaque. c’est un très beau schéma de Ponzi restez à l’écart
  2. bitpetite.com le site propose le taux de rendement incroyable de 3.60% par jour soit 180% pour 9 semaines. Mais comment générer de tel rendement le tout avec la possibilité de retirer à tout moment son investissement (pas de risque de liquidité). Le site enrobe de tel rendement sur un business de transfert de Bitcoin anonyme mais aucune activité ne peut soutenir de tel rendement c’est donc bien un schéma de Ponzi (les nouveaux investisseur permettent de payer les anciens) jusqu’au jour ou il n’y a pu assez de nouveau investisseur pour payer les rendement des anciens. Restez à l’écart
  3. Plexcoin l’offre fait valoir un nouveau token bassé sur Ethereum qui offrirait « des services connexes (PlexWallet, PlexCard et PlexBank) développés de manière à révolutionner l’utilisation de la cryptomonnaie et de la rendre accessible à tous » Néanmoins de nombreux indices montrent que c’est un « scam » ou en français dans le texte une belle arnaque. Les démarches invérifiables voir fausses au sujet de la PlexCard VISA (carte Visa) proposée. Le manque de transparence du site Internet PlexCoin. Le manque de transparence sur la composition de l’équipe proposant le projet. Adresse du bureau inconnu. Nom de domaine enregistré derrière un proxy anonyme L’autorité des marchés financier du Québec appel à la plus grande vigilance et a demandé la fermeture de tous les sites associé à l’activité de Plexcoin. Plexcoin singe des projets comme https://www.tenx.tech
  4. Onecoin est probablement le plus connu de tous ces schémas d’escroquerie.  Comment l’escroquerie fonctionne-t-elle? Onecoin est un jeton basé sur un schéma ponzi qui fonctionne sur un bloc-bloc privé géré par Onecoin Ltd. basé à Gibraltar. Sa société a volé plus de 50 millions de dollars en un an de ventes illicites qui se sont produites grâce à une stratégie de marketing Facebook forte. L’Italie a condamné cette monnaie à une lourde amende en lui ordonnant de cesser toute activité promotionnelle. Après avoir connu un essor fulgurant à ses débuts, OneCoin dont le PDG vient de quitter le navire doit maintenant faire face aux conséquences. Ainsi l’Italie est devenue le premier pays à prendre une position dure contre la société en lui imposant une amende de 2,5 million d’euros. L’Autorité Italienne de la Concurrence et de la Protection des Consommateurs (AICPC) a qualifié le OneCoin de montage pyramidal ou pyramide de Ponzi. De plus, l’Italie n’est pas le seul pays qui protège ses citoyens de la fraude digital apparemment liée au OneCoin. Après l’arrestation pour fraude des représentants OneCoin au Kazhagstan, des procureurs allemands ont ouvert une enquête criminelle à l’encontre de la société et le gouvernent hongrois a lui aussi entrepris des démarches à l’encontre du montage ponzi. Alors que OneCoin a été frappé d’interdiction et que des mesures ont été prise pour cesser son activité dans de nombreux pays, l’amende imposé par l’Italie semble être la première du genre
  5. S-Coin (Coinspace) est en bonne place dans notre liste d’escroqueries de crypto-monnaies.  l’entreprise vend tout simplement du vent, et veut livrer ses token par Email juste risible.
  6. Earthcoin Cette crypto-monnaies est plus que légitime dans notre liste d’escroqueries. Même si elle Il est répertorié sur Coinmarketcap. Grâce à une recherche sur ce site, nous pouvons lire que le plafond du marché de Earthcoin est d’environ 935 000 $ et dispose d’un approvisionnement disponible de 9 346 468 332 EAC, mais cela ne semble pas trop convainquant. Les pièces sont pré-minées et même instables, ce qui suggère un développeur peu scrupuleux.
  7. Eros une ICO proposant un modèle pour réinventer la plus vielle profession du monde est une arnaque plus que probable
  8. LCF coin La cryptomonnaie suivante sur notre liste d’arnaques est  LCF. LCF Coins fait parler d’elle en Chine. Actuellement LCF Coins est en phase de pré-implantation mais sans aucun site ou réseau social. À l’inverse, ils se promènent par le biais de formulaires Google Cela ressemble à une grossière arnaque, en indiquant que Rothschild & Co serait un des premiers investisseurs. Rothschild & Co a bien évidement averti de la supercherie.
  9. Centurion Coin Centurion Coin est également entré dans notre top 10 . Grâce à un site italien appelé Truffacoin, nous pouvons voir que la pièce Centurion est un schéma ponzi.   Vous avez un nom de membre de l’équipe, mais l’identité réelle des personnes qui contrôlent ce schéma MLM est cachée derrière une entreprise de Dubaï. De plus selon leur explorateur de blocs – il y a actuellement 50 000 086 400 pièces CNT qui ont été pré-minées dans le premier bloc en décembre. Cela ne semble-plus que suspect.

Nous pourrions  vos mettre les liens de parrainage vers ces sites avec pour nous la possibilité d’obtenir une rémunération potentiellement très intéressante mais nous voulons vous délivrer une information de qualité mais surtout permettre à l’écosystème blockchain de se bâtir sur des bases saines.

 

Attention Eros, l’ICO déjà douteuse du «Uber de la prostitution», est probablement une escroquerie

La plus vieille profession du monde réinventée.  C’est le sulfureux pitch d’Eros, une start-up californienne ambitionnant de devenir « le premier marché décentralisé du sexe ». En exploitant la puissance de la blockchain, Eros veut proposer un service de prostitution en ligne anonyme et sécurisé, comme OpenBazaar les biens communs. Problème : sans même parler du débat moral et légal, de nombreux éléments suggèrent que l’opération de financement participatif, qui atteindrait déjà 18 millions de dollars, n’est qu’une simple arnaque.
En effet les documents techniques semblent plagiés et les CV sont faux.
Dans un billet d’analyse publié le 13 juillet, le blog CryptoInsider résume bien la situation : « Deux personnes avec une simple vision, sans aucun code, aucune réputation ni crédibilité, demandent des millions de dollars. Premier point suspect : les deux fondateurs, qui se présentent comme Michael O’Brien et Kevin Yang, ont quasi-intégralement plagié un document technique de 15 pages du MIT, remplaçant partout « Beaver » par « Eros ». Et côté programmation, il n’y a presque aucune activité sur leur page GitHub, alors qu’ils promettent le lancement d’une version bêta pour le 30 août.
Ce n’est pas tout. Sur son CV LinkedIn, Michael Carter O’Brien affirme être passé par l’université de Californie de Los Angeles entre 2007 et 2011, où il aurait obtenu une licence en Economie. Sauf que UCLA n’a aucune trace de son passage. « Nous avons vérifié dans nos archives et n’avons trouvé aucun  »Michael Carter O’Brien ». Toutes les personnes ont listé leur deuxième prénom et il n’y a aucun  »Carter » », précise l’université. A-t-il occupé un poste de directeur marketing chez Cisco entre 2015 et 2017, comme il l’affirme ? Réponse de l’entreprise : « Cisco ne partage pas ce genre d’information. » Le reste de sa page LinkedIn éveille également les soupçons : tous ses talents ont été approuvés par les mêmes 12 personnes au cours des six derniers mois.

Eros s’était fixé un premier objectif de cinq millions de dollars lors de l’ICO. Il aurait été atteint en dix jours – il n’y a aucune preuve hormis un simple compteur – et la start-up l’a relevé à 10 puis 20 millions d’ici la fin juillet. Sur cette somme, « 500.000 jetons (d’un dollar) iront à l’équipe d’Eros pour les encourager à travailler aussi dur que possible », jure la jeune pousse.