Archives de catégorie : Actualité

Yahoo Finance ajoute les crypto-monnaies à son site

Yahoo Finance France (@YahooFinanceFR) | Twitter

Preuve que les crypto-monnaies deviennent de plus en plus mainstream dans la finance après le site Investing.com c’est le célèbre Yahoo Finance qui ajoute une catégorie les crypto-monnaies à son site.  Yahoo! est le sixième  site Web le plus visité dans le monde et le huitième  aux États-Unis.  Cette nouvelle exposition  participe à l’élargissement de la cryptosphère vers un public plus large malgré la bulle des fondamentaux sont en construction.

Achat EOS de : 29 000 ETH ($18 millions) « gros doigt » ou illustration de la Loi de Gresham

Dimanche, un investisseur a investi plus de 29 000 ethers, soit, au moment des faits, plus 18 millions de dollars- en EOS.  “gros doigt”  ou illustration de la Loi de Gresham
EOS est un projet qui vise à mettre une plateforme de smart contracts dont le consensus est obtenu par une preuve d’enjeu déléguée. Le projet et l’ICO EOS ont été lancé depuis bientôt un an par Dan Larimer. Le Le système ingénieux d’ICO  se compose de rounds de 23 heures sur une période de 365 jours. À chaque round, le total d’EOS délivré pendant la session est divisé au prorata du nombre d’éthers récoltés.   Le token EOS étant déjà listé sur un certain nombre de plateformes (Binance, Kraken, etc.). Il y a un arbitrage permanent entre le prix sur les exchanges et le prix à chaque round. Vous pouvez consulter la variation du prix en fonction du temps sur EOSscan.

On parle de “gros doigt” lorsqu’un opérateur de marché passe, “par erreur”, un ordre au prix de marché beaucoup plus important qu’il ne le souhaitait. Dans notre cas on peut douter  qu’il agisse d’un « gros doigt » puisque l’événement a eu lieu pendant le 344e round de l’ICO d’EOS.

Il y a donc un gros investisseur qui arbitre ces ETH vers EOS et nous retrouvons ici la théorie  de l’économiste Thomas Gresham connu pour « La mauvaise monnaie chasse la bonne » Ceci s’explique lorsque deux monnaies se trouvent simultanément en circulation avec un taux de change légal fixe, les agents économiques préfèrent conserver, thésauriser la « bonne » monnaie, et par contre utilisent pour payer leurs échanges la « mauvaise » dans le but de s’en défaire au plus vite. Mais on oublie souvent que la loi de Gresham n’existe que parce que l’État impose un cours légal, par exemple un taux de change entre deux étalons monétaires. Pour cette raison, quelques économistes libéraux, comme Friedrich Hayek, voient dans cette loi une justification à un système de monnaies privées et toute les crypto-monnaies sont des monnaies privées. Gresham et les libéraux rappellent que si l’on peut échanger les monnaies que l’on souhaite au tau que le marché fixe, alors c’est la bonne monnaie qui chasserait la mauvaise. Et les évolutions  Crypto-monnaies montrent que que ces théories vont être expérimentés ce qui explique la volatilité suivant les avancées technique d’une monnaie face à une autre.

L’ICO de Dan en est un incroyable exemple par bien des aspects. Avec près de 4 milliards de dollars récoltés, il s’agit du financement initial d’un projet le plus important de l’histoire des crypto-monnaies, mais également des startups.De plus Dan Larimer ne cache pas qu’il lève des fonds en utilisant le protocole qu’il souhaite remplacer : Ethereum. Il détient ainsi une quantité très importante d’ethers et pourrait faire décaler le marché s’il en prenait la décision, accentuant la tendance baissière actuelle. On peut en tout cas être certain d’une chose, c’est qu’EOS est en train de marquer l’histoire de l’écosystème dans lequel nous évoluons. Voilà une légende supplémentaire qui viendra s’ajouter au folklore de notre monde fétiche.

Chaine de Ponzi, scam, fausse plateforme d’achat, piratage évitez les pièges des crypto-actifs

Chaîne de Ponzi, bourses virtuelles, piratage de wallet les arnaques fleurissent autour de la blockchain. Comment les éviter

Le site https://howmuch.net vient de publier cet infographie sur les plus gros piratages et arnaques, un moyen de nous rappeler que la révolution blockchain et l’attrait des performances à trois chiffres de certaines crypto-monnaies, offrent un terreau fertile aux escroqueries en tout genre. Ces arnaques sapent malheureusement la confiance dans l’écosystème. Or, la confiance est indispensable pour une devise « auto-gérée » sans banque centrale et ni régulateur. La loi de Pareto fonctionne aussi pour l’escroquerie : en règle générale, un nombre limité de victimes assure la grande majorité des profits des escrocs (entre 10% à 20% des personnes lésées représentent 80% à 100% des bénéfices selon des études. Les préjudice sont de plusieurs millions de dollars par an et augmentent avec les cours des crypto-monnaies. Les victimes ont peu de recours  si ce n’est faire le buzz sur les forums, pour mettre en alerte les autres utilisateurs. Les escrocs difficilement identifiables se jouent des différentes législation et de la lenteur judiciaire.Plus un actif est volatil plus il attire les spéculateurs et délinquants financiers. Et de ce point de vue, la volatilité hors normes du bitcoin est une bénédiction pour les escrocs qui la présentent sous un jour favorable : elle est la promesse de richesses illimitées… mais aussi de risques exceptionnels.
Si nous sommes convaincu des avantages de la blockchain et des crypto-actifs nous devons néanmoins informer sur les différentes escroqueries pour vous permettre à tous de vous en prémunir au mieux. Les pièges  pour investir dans les crypto-actifs sont nombreux voici les principaux : 

Chaine de Ponzi de l’ère 2.0

C’est une arnaque aussi vieille que l’humanité car fondée sur la crédulité et l’avidité. Un charlatan promet un rendement très élevé qui attire les naïfs et cupides. Cet argent collecté rémunère de nouvelles victimes pour entretenir l’illusion de performances élevées. Des chaînes de Ponzi « classiques » ont accepté le bitcoin entre autres monnaies, à mesure que la popularité et le cours de la devise cryptographique montaient en flèche, et donc les profits espérés des escrocs. Des dizaines de ces escroqueries ont été identifiées entre 2013 et 2018. Le préjudice des centaines de millions de dollars, et c’est une estimation conservatrice. La plus importante dans elle le Bitconnect a durée plusieurs années avant de s’éffondrer.

Le mirage du « Minage » pour tous

Des entreprises (Labcoin, Active mining…) vendent des logiciels et équipements censés permettre à tout un chacun de créer soi même des bitcoins, un mirage. En effet, le « minage » (activité de création de bitcoin) coûteux, n’est plus rentable même pour les professionnels… Cette activité est aujourd’hui aux mains d’un nombre de plus en plus réduit de sociétés spécialisés (Ghash.IO…) , qui doivent investir des montants importants. Les individus attendent toujours la livraison de ces produits miracles, qui même quand ils sont fournis n’ont aucune valeur et utilité.

Portefeuilles fantômes

Des sociétés proposent des portefeuilles ou wallet pour bitcoin et autres crpto-monnaies,  Seulement des escrocs sont aussi parfois derrière ces stratagèmes. Pour attirer les victimes et les mettre en confiance, ils ne leur volent pas tout de suite leurs bitcoins et attendent qu’ils aient déposé une certaine somme avant de disparaître. Plus pervers certains escrocs utilisent des sites très proche des wallet officiel pour attirer leurs victimes.

Fausses bourses virtuelles

Des bourses, plateforme d’échange (BTC promo, btcQuick, CoinOpend, Ubitex…) où acheter et vendre du bitcoin et autres crpto-monnaies voient le jour et font énormément de publicité en offrant des « soi disant » services de « qualité ». Un piège, souvent basé en Israel connu pour sa faible coopération financière, ces entreprise disparaissent au bout de 1 à 3 mois sans laisser d’adresses et après avoir englouti les économies de leurs clients. Une longue traque sur internet commence alors très difficile. Cet arnaque fait beaucoup de victime en France comme le montre vos témoignages sur nos articles. Notre conseil : utilisez uniquement les sites que nous avons référencés et évitez les sites identifiés comme frauduleux par l’AMF et sur ce forum mais par définition cette liste n’est jamais à jour.

Une nouvelle notation mise en place pour les crypto-monnaies publiée par l’agence de notation du gouvernement chinois

CHINE-Agence_de_Notation

Après l’agence de notation Weiss voici un nouveau rating pour les crypto-actifs ; celui de l’agence de notation du gouvernement chinois

Même si la méthodologie exacte reste toujours secrète, la notation se base sur la somme de trois facteurs : la base technologique, l’applicabilité et l’innovation. Ethereum se retrouve ainsi en première position, grâce à son score en base technologique de 80,3. En deuxième position arrive Steem, grâce à une base technologique de 82,6 points contre seulement 9,4 en applicabilité. Bitcoin possède le meilleur score en innovation, avec 35,6 points, mais est limité par sa base technologique.

Une nouvelle ICO howeycoins … Quand la SEC (le régulateur américain) vous scam

Une nouvelle ICO vient de voir le jour sur la page https://www.howeycoins.com derrière ce site bien construit une nouvelle ICO pour un token voyage … C’est malheureusement encore une fois un scam (Terme fréquemment utilisé chez les anglophones qui signifie ‘Arnaque’). Mais là où cela devient intéressant c’est que ce scam a été mis en place par la SEC (le régulateur américain). L’idée est de démontrer qu’il est facile de se faire arnaquer par de fausses ICO (certains experts estiment que 10% des ICO sont frauduleuses). La dernière étape de souscription vous redirige sur le site de la SEC avec de nombreuses mises en garde sur les ICO. Via sa page https://www.sec.gov/ICO la sec montre aussi que les ICO ne sont plus un tabou et qu’elle souhaite éduquer les investisseurs et les protéger en régulant au mieux ce nouveau mode de financement une vrai avancée.

Une très bonne idée qui pourrait être reprise en France par l’AMF pour mettre en garde et éduquer les investisseurs français.

Le Conseil d’Etat allège la fiscalité des gains sur les crypto-actifs le taux passe à 19%

Le Conseil d’Etat a estimé jeudi que les gains générés par les crypto-monnaies devaient être considérés comme des plus-values de « biens meubles », et donc bénéficier sauf exception d’un taux d’imposition moins élevé que celui appliqué par l’administration. La plus haute juridiction administrative française avait été saisie en début d’année par plusieurs contribuables, qui entendaient contester le régime fiscal appliqué depuis juillet 2014 à la cession de bitcoins et autres crypto-actifs.

Avant cette décision, les gains tirés de la cession de cryptomonnaie étaient considérés comme des bénéfices industriels et commerciaux (BIC) en cas d’activité habituelle, et comme des bénéfices non commerciaux (BNC) en cas d’activité occasionnelle. Cette classification entraînait un taux d’imposition pouvant aller jusqu’à 45%, via l’impôt sur le revenu, pour les contribuables les plus aisés – qui viennent s’ajouter aux 17,2% prélevés via la Contribution sociale généralisée (CSG).

Dans sa décision, le Conseil d’Etat a partiellement donné raison aux contribuables opposés à cette lecture, en considérant que « la cession de bitcoins  » relevait « en principe de la catégorie des plus-values de bien meubles ». Les « biens meubles », en langage fiscal, désignent les biens pouvant être déplacés, à la différence des biens immobiliers. C’est-à-dire les voitures, avions et bijoux (dans le cas de biens corporels), mais aussi les brevets ou droits d’auteurs (biens incorporels). Ils sont soumis en cas de cession à un taux forfaitaire de 19%, ce qui, même en y ajoutant la CSG, induit un taux d’imposition bien inférieur à celui réservé aux « BIC » et aux « BNC ». Dans son communiqué, le Conseil d’Etat souligne néanmoins que « certaines circonstances propres à l’opération de cession » de cryptoactifs « peuvent impliquer qu’ils relèvent de dispositions relatives à d’autres catégories de revenus ». Les gains générés par les crypto-monnaies sont susceptibles d’être imposés dans la catégorie des BNC quand ils ne résultent pas « d’une opération de placement mais sont la contrepartie de la participation du contribuable à la création ou au fonctionnement » de la cryptomonnaie. (Le minage?) Ils sont par ailleurs imposables dans la catégorie des BIC lorsque la cession « prend la forme d’un échange contre un autre bien meuble, dans des conditions caractérisant l’exercice d’une profession commerciale ».

http://www.conseil-etat.fr/

Airdrop Tron : une tempête dans un verre d’eau

Tron propose un airdrop qui distribuera 30 millions de TRX aux possesseurs d’ethers. Pour une valeur dépassant 1,2 millions d’euros, cet événement est l’occasion de chercher à convertir la communauté de l’Ethereum. Si officiellement Tron offre cet airdrop pour remercier Ethereum, réseau sur lequel l’entreprise chinoise avait levé ses fonds et effectué ses premiers tests, en réalité, cet événement est surtout le moyen de sensibiliser les utilisateurs Ethereum à l’apport de la technologie Tron. Entre autres, son fondateur Justin Sun mettait en avant le nombre de transactions par seconde de sa blockchain, testée en ce moment, qui promet d’être largement supérieur à ce que propose Ethereum.

Les conditions pour bénéficier de cet airdrop sont assez simples :

  • Posséder plus de 1 ETH au 20 avril 2018
  • Avoir réalisé un transfert en ETH entre le 1er janvier et le 20 avril 2018.
  • un montant entre 10 et 100 tokens Tron ERC20 (TRX) sera directement versé sur les adresses répondant à ces conditions.
  • Posséder un wallet compatible ERC20 pour en disposer.

Avec 0,4 à 4 euros d’airdrop par portefeuille remplissant ces conditions, ce programme ne va pas rendre riche les possesseurs d’ethers. Cet événement est plutôt une façon marketing pour séduire la communauté cryptophile.

Les DEX

Les DEX (Decentralized Exchange) offrent des échanges avec une décentralisation totale et donc une sécurité accrue par rapport aux échangeurs de crypto-monnaies centralisés (kraken … ). Vous avez probablement déjà consulté notre guide des meilleures plateformes de trading de crypto-monnaies ces dernières sont centralisées. Voici comment fonctionne les DEX et une liste des meilleurs plateformes. Pour Vitalik Buterin, les DEX (Decentralized Exchange) sont d’ailleurs l’avenir pour échanger des crypto-monnaies. Contrairement aux échangeurs centralisés, ils favorisent les petits investisseurs plutôt que les whales et professionnels et devraient vite s’imposer comme une norme.

Un échange centralisé fonctionne comme une maison de courtage, vous déposez des fonds dans un compte et l’échange fait les métiers pour vous. L’avantage à cela est que l’échange fait tout le travail, et il est souvent assuré et réglementé par les autorités.La plupart des échanges importants et bien connus; tels que GDAX (Coinbase) et CEX.IO sont centralisés. Un avantage populaire à ces échanges est qu’ils vont prendre des paiements par carte de crédit ou de débit et de virement bancaire. Ils peuvent également payer en devises fiduciaires comme les dollars ou les euros que de nombreux utilisateurs préfèrent.

AVANTAGES D’UN ÉCHANGE DÉCENTRALISÉ

  • Un DEX peut être plus résistant au piratage qu’un échange centralisé car les informations de compte ne sont pas partagées avec l’opérateur d’échange. Au lieu de cela, les fonds peuvent être conservés dans votre compte et vous serez la seule personne à avoir accès.
  • Théoriquement, les gouvernements ou les régulateurs ne peuvent pas fermer un DEX parce qu’il est décentralisé opérant à travers une grande variété de nœuds. Remarque: les gouvernements pourraient être en mesure de perturber ou de détruire un DEX via un logiciel malveillant.
    Il n’y a pas de serveur qui peut descendre ou se faire pirater. Au lieu de cela, un DEX fonctionne partout à travers une variété de nœuds.
  • Le degré de confidentialité est plus élevé, car vous ne partagez pas vos données avec l’opérateur d’échange.
  • Vous gardez le contrôle de vos fonds sur votre propre wallet.

DESAVANTAGES D’UN DEX
Les échanges décentralisés ne sont cependant pas pour tout le monde, ils présentent de sérieux inconvénients :

  • Vous devrez gérer les tâches normalement prises en charge par un échange centralisé comme trouver vos contre parties et transférer de l’argent.
  • La plupart des DEX n’acceptent pas les cartes de crédit ou de débit ou les virements bancaires.
  • Le volume des transactions est limité, ce qui permet de maintenir les prix bas mais les frais peuvent être élevés.
  • Les services disponibles auprès des bourses décentralisées sont limités. Les opérations sur marge, et les transactions impliquant des monnaies fiduciaires ne seront généralement pas offertes.
  • Il se peut qu’il n’y ait aucun service client que vous pouvez contacter en cas de problème.
  • Un DEX peut être beaucoup plus cher qu’un échange centralisé, car vous devrez peut-être acheter du gaz Ethereum (ou autre) chaque fois que vous faites un échange. Cela signifie qu’un commerce décentralisé peut parfois coûter plusieurs fois  les frais d’une plateforme de trading classique.

QUELQUES ÉCHANGES DÉCENTRALISÉS POPULAIRES
Les échanges décentralisés devienent populaires parce qu’elles sont très faciles à trouver et de plus en plus facile à utiliser. Deux des plus populaires sont la plate-forme Waves et Ether Delta

  1. https://etherdelta.com  EtherDelta, fonctionne de manière autonome et décentralisé, et doit ses qualités à la blockchain Ethereum sur laquelle il tourne. EtherDelta est une solution hautement professionnelle qui semble avoir été développée par des traders pour les traders. Son site web ressemble à un écran de trader complet avec un carnet d’ordre et un tableau des prix. EtherDelta est populaire car il facilite la vente, l’achat et le commerce de jetons ICO dont beaucoup sont basés sur Ethereum. Une utilisation populaire pour EtherDelta est de convertir les jetons ICO en jetons Ether qui sont largement échangés, achetés et vendus.  Les débutants devraient peut-etre éviter EtherDelta parce qu’il peut être confus et difficile à utiliser sans beaucoup d’expérience Ethereum.
  2. Waves est construit sur sa propre blockchain nommée Waves et requiert l’utilisation du jeton du même nom (Waves).
  3. IDEX est un échangeur décentralisé développé sur la blockchain Ethereum par Aurora, une banque en ligne décentralisée. Il propose de nombreuses devises et possède son propre stablecoin baptisé Boreal. un des plus gros volumes sur les DEX
  4. Changelly n’est pas un échangeur décentralisé mais son fonctionnement peut s’y apparenter puisqu’il effectue une recherche parmi des dizaines d’échangeurs pour offrir les meilleurs taux d’échange du marché. Nous saluons sa simplicité d’utilisation et le concept.
  5. OpenLedger est une société basée au Danemark qui fournit des solutions décentralisées crypto-monnaies. Ils ont un échange décentralisé connu sous le nom OpenLedger Dex qui tire parti de la technologie graphène de BitShare. L’ouverture d’un compte sur OpenLedger est assez facile car il ne nécessite aucune inscription pour commencer. La seule chose dont vous devez prendre soin est votre mot de passe de connexion et votre nom d’utilisateur, car c’est la seule chose qui peut vous aider en cas de problème.
  6. Binance a vite fait sa place sur le marché des plateformes de trading centralisés de crypto-monnaies en seulement 6 mois. Lancé en juillet 2017, il peut se vanter d’avoir le volume d’échange le plus haut du marché aujourd’hui. La firme a annoncé la création de sa propre blockchain en mars dernier baptisée Binance Chain qui sera accompagnée d’un DEX pour échanger des crypto-monnaies de manière complètement décentralisée.
  7. https://wcex.co Plateform d’exchange autonome et décentralisé française

L’AMF communique une liste de sites frauduleux sur les crypto-actifs

L’ AMF (Autorité des marchés financiers Français) publie une mise en garde à l’encontre d’acteurs proposant d’investir dans des crypto-actifs.

L’AMF à l’habitude de communiquer sur des sites frauduleux qui concerne : diamants, terres rares, vin…

Cette fois ci la mise en garde de l’AMF concerne les crpto-actifs et vise les sites internet suivants :
akj-crypto.com
bank-crypto.com
bcoin-bank.com
bit-crypto.net
boursebitcoin.com
www.crypteo.io
cryptobankweb.com
crypto-major.com
cryptopartnersinvest.com
crypto2.bnd-group.com
crypto.private-finances.com
ecs-solutions.net
ether-invest.com/
krakenaccess.com
www.minedecrypto.com

« L’AMF rappelle qu’il s’agit d’une liste donnée à titre de mise en garde à destination des épargnants français et qu’elle ne peut constituer un inventaire totalement exhaustif des acteurs qui ne se conforment pas à la règlementation en vigueur. Par ailleurs, les décisions d’enregistrement délivrées par l’AMF sont consultables sur le site internet de l’AMF. Vouée à être régulièrement mise à jour, cette liste est consultable sur le site internet de l’AMF (rubrique : Espace Epargnants > Protéger son épargne > Listes noires > La liste noire des sites proposant d’investir dans des biens divers (diamants, vins, crypto-actifs etc.) ».

D’une manière générale, l’AMF invite les épargnants à appliquer des règles de vigilance avant tout investissement :

  • Aucun discours commercial ne doit faire oublier qu’il n’existe pas de rendement élevé sans risque élevé ;
  • Obtenez un socle minimal d’informations sur les sociétés ou intermédiaires qui vous proposent le produit (identité sociale, pays d’établissement, responsabilité civile, règles d’organisation, etc.)

Airdrop Callisto comment en bénéficier avec mes ETC

Les cours de l’Ether Classic ont été soutenus par l’arrivée imminente de l’airdrop Callisto (CLO).  Callisto est une blockchain distincte, basée sur le protocole Ethereum, avec sa propre crypto-monnaie (le CLO). Callisto introduira un protocole de “cold staking” qui récompense les détenteurs de coins pour leur participation au réseau. Avec le « cold staking », les détenteurs de CLO vont être incités à conserver leurs actifs, afin de pouvoir percevoir des intérêts. Ils ne participeront toutefois pas à la validation des transactions : le réseau Ethereum Classic continuera d’être validé par un système de preuve de travail (Proof-of-Work).

Les internautes recevront ainsi 1CLO pour chaque ETC détenu lors du « snapshot » (au niveau du bloc 5500000 pour voir la chaîne ici, soit aux environs  5 mars prochain). Il semblait toutefois impossible de savoir si Kraken Binance et Bittrex allaient prendre en charge le fork, et permettre aux propriétaires d’ETC de recevoir automatiquement des CLO.

Pour être certain bénéficier de l’air drop il faut transférer vos ETC sur un wallet comme :  https://ethereumproject.github.io/etherwallet/

ETC pourrait voir son cours diminuer après le air drop.