Archives de l’auteur : admin1756

Les stables coin utile ou simple arnaque ?

 

Résultat de recherche d'images pour "tether"Alors que la controverse s’intensifie sur Tether l’un des principaux stable coin, mais que dans le même temps le Gemini Dollar (GUSD)  des jumeaux Winklevoss (célèbre pour être et de très gros investisseurs dans le Bitcoin mais aussi avoir été à l’origine de Facebook) reçoit un agrément des autorités new-yorkaise  nous allons essayer de décrire ce que sont les « stable coin » et quel est leur utilité si il y en a une et d’où naissent les controverses.

Qu’est-ce qu’un stable coin ?
Un stable coin est par définition une crypto-monnaie stable. Il répond à une des problématiques forte du secteur des crypto-monnaies : la volatilité des cours. Le prix de certaines crypto-monnaies pouvant varier de 10-15%  en seulement une journée (c’est cependant de moins en moins le cas pour les cryptos les plus valorisées tel que le Bitcoin). Le fonctionnement d’un stable coin est simple. Les entreprises ou organisations qui les émettent annonce une parité fixe avec une monnaie FIAT (la plus part du temps). Ainsi Un Tether est censé toujours valoir un dollar. Pour garantir cette parité Tether s’est engagé à détenir autant de dollars américains que de tokens émis. L’ajustements de l’offre/demande ne se fait donc plus par le prix mais par la quantité de monnaie « token » émis.  En revanche ce stable coin va avoir un prix qui va varier vs les autres crypto-monnaies (dans les mêmes proportion que leur pair logiquement)

Quels sont les différents types de stable coins ?
Si tous les stable coins ont la même finalité mais chacun a un mécanisme différent, on distingue trois types de stable coin :

  1. Le fiat-collateralized, c’est-à-dire « garanti fiat » (le fiat est une monnaie traditionnelle comme le dollar et l’euro). Ce modèle implique que l’entité qui émet le stable coin soit détentrice d’un compte bancaire contenant en devise fiat la valeur des jetons émis. Par exemple, si elle met en circulation 1 million de coins adossés au dollar, elle doit avoir 1 million de dollars dans un compte bancaire.
  2. Le crypto-collateralized, un coin soutenu par une autre crypto-monnaie. Pour compenser la volatilité, le stable coin est sur-adossé. Par exemple, l’équivalent de 1 000 dollars de bitcoins peut être demandé pour émettre l’équivalent de 500 dollars de stable coins. Même si le bitcoin perd 30% de sa valeur, le stable coin reste couvert. Ce modèle est très dangereux
  3. Le non-collateralized, (non garanti). Dans ce cas, le stable coin est soutenu seulement par sa valeur grâce à un smart contract (un contrat qui s’exécute automatiquement). Si la demande totale pour le stable coin augmente ou diminue, alors le contrat changera automatiquement le nombre de coins en circulation pour maintenir le prix stable. (Tres innovant et prometteur)

Quels sont les avantages d’un stable coin pour le secteur ?
Pour les vendeurs de produits, qui ont presque toujours refusé d’accepter le Bitcoin à cause de la volatilité, si les stable coins font leur preuves, ces commerçants pourraient être tentés de les intégrer à leurs systèmes de paiement. Pour les plateformes d’échange de crypto-monnaie elles peuvent ajouter de nouvelles paires crypto-fiat et donc enregistrer plus de revenus et mais surtout elles peuvent contourner le problème de ne pas pouvoir accepter une devise étrangère(les plateforme de trading asiatiques n’acceptent pas le dollar faute d’accord avec des banques)

Quels sont les principaux stable ccoin ?
Il existe une vingtaine de stable coins. Voici les plus importants :

  • Basis (BSS) (Etats-Unis) Non-collateralized Un consensus décide de l’émission de BSS
  • Dai (DAI)  (Etats-Unis) Crypto-collateralized Il fonctionne sur Ethereum
  • Havven (HAV) (Australie) Crypto-collateralized Il fonctionne sur Ethereum mais devrait reposer sur son propre réseau à terme
  • Tether (USDT) Bitfinex mais la structure juridique très opaque fait craindre le pire en terme de responsabilité. (Hong-Kong) Fiat-collateralized au dollar, plus de 2 milliards de Tether sont en circulation
  • TrueUSD (TUSD) TrueCoin (Etats-Unis) Fiat-collateralized TrueCoin au dollar, s’est entouré d’une équipe de juristes pour construire un cadre légal son stable coin
  • GEMINI (GUSD) Cameron et Tyler Winklevoss qui ont créé Gemini  (Etats-Unis) Fiat-collateralized au dollar le premier stable coin qui a reçu l’approbation du régulateur New-yorkais le 10 septembre dernier

Quels sont les critiques faites au stable coin ?
Tout d’abord, la plupart des anciens projets de stable coins ont échoué. Le cofondateur d’Ethereum, Vitalik Buterin a effectué des recherches sur le sujet il y a quelques années, sans succès. La critique la plus souvent reprise est le manque de décentralisation, puisque le stable coin dépend d’une entité. Certains membres de la communauté crypto pensent aussi que ce type d’actifs ajoute de la volatilité au monde de la cryptosphère parce qu’ils appellent à plus de spéculation. Enfin, le stable coin le plus connu, Tether, fait l’objet de plusieurs polémiques. Sa maison mère Bitfinex est accusée par la communauté de ne pas détenir l’équivalent en dollars des 2,2 milliards de Tether émis et n’a jamais apporté la preuve du contraire. Fin janvier, l’entreprise a même annoncé la fin de sa collaboration avec le cabinet d’audit Friedman. Enfin, une récente étude de chercheurs de l’Université du Texas affirme que le cours du Bitcoin a été manipulé par le Tether entre mars 2017 et 2018. Les auteurs ont observé que lorsque le cours du Bitcoin baissait, il y avait des rachats massifs réalisés en Tether.

Pour le moment nous préférons rester à l’écart de tous les stables coin qui ont plus d’inconvénients en terme de fiabilité du tiers de confiance notamment que d’avantage.

NXMH rachète la plateforme de crypto-monnaies Bitstamp

Résultat de recherche d'images pour "Bitstamp"

La société d’investissement basée en Belgique NXMH a racheté la plateforme luxembourgeoise Bitstamp, une opération entièrement en numéraire, a annoncé lundi le directeur général de BitStamp spécialiste des transactions de crypto-monnaies, Nejc Kodric. Ce dernier n’a pas dévoilé les détails de l’accord signé le 25 octobre. Bitstamp a été fondé en 2011 en Slovénie par Kodrič et Damian Merlak. Marlek a vendu l’intégralité de sa participation de 30% dans Bitstamp et n’est plus actif depuis 2015. En 2016, Bitstamp était valorisée 60 millions de dollars (52,6 millions d’euros), contre 39 millions de dollars en 2014. Bitstamp est la plus grande plateforme de transactions de crypto-monnaies de l’Union européenne en volume et représente un chiffre d’affaires quotidien de 100 millions de dollars par jour.
NXMH, qui gère plus de deux milliards d’euros d’actifs, est la filiale européenne de la société sud-coréenne NXC, qui a investit dans les technologies numériques. NXC possède également la plateforme de crypto-monnaies Korbit. Bitstamp et Korbit fonctionneront indépendamment. « La vente n’était pas planifiée. Aucun effort n’a été entrepris pour solliciter des acheteurs », a déclaré Nejc Kodric, lors d’une interview à Reuters. Quatre acheteurs s’étaient intéressés par Bitstamp, a-t-il indiqué, ajoutant avoir opté pour NXMH car la société permettait à la plateforme de continuer à fonctionner telle quelle. NXMH prend une participation de 80% dans Bitstamp. Nejc Kodric y conserve une part de 10% et continuera de la diriger. Pantera Capital Management LP, qui a investi 10 millions de dollars dans la société en 2014, a également cédé une partie de sa participation dans Bitstamp à NXMH. Fondée en 2011, Bitstamp compte aujourd’hui plus de trois
millions de clients enregistrés. Encore un signe de consolidation et normalisation dans le secteur des crypto-monnaies

ICONOMI les ICN coin délistés de Kraken

La société Iconomi derrière le jeton ICN, passe à une structure juridique plus traditionnelle qui éliminera le ICN au profit d’actions « token » de la société  qui seront appelées «eICN». Dans le cadre de cette transition, tous les détenteurs du ICN doivent convertir leur ICN en un eICN ou en ETH d’ici le 31 décembre 2018. Étant donné que Kraken ne participera pas au processus de conversion, les ICN seront délistés

  • ICN sera retiré de la liste selon le calendrier suivant:
  • Dépôts ICN désactivés: 29 octobre 2018 à 23h59 UTC
  • ICN Trading Disabled: Le 31 octobre 2018 à 23h59 UTC
  • Retraits ICN désactivés: 30 novembre 2018 à 23h59 UTC

La radiation de la liste d’ICN ne constitue en aucun cas un jugement de Kraken sur l’aptitude d’eICN en tant qu’investissement, ni sur la société ou la plateforme ICONOMI.  La radiation a lieu car Kraken ne participe pas au processus de conversion.

Quelles sont les options pour les clients détenteurs d’un ICN?

  1. Echangez des ICN contre des ETH ou des BTC sur Kraken (acte avant le 29 octobre)
    Si vous ne souhaitez pas convertir votre ICN via le processus officiel, vous pouvez l’échanger immédiatement contre ETH ou BTC sur Kraken. Pour négocier, vous devez déposer votre ICN au plus tard le 29 octobre 2018 à 23h59 UTC et effectuer toutes les transactions au plus tard le 31 octobre 2018 à 23h59 UTC. Les taux de change actuels sur Kraken sont approximativement ICN / ETH = 0,0018 (au 22 octobre) ou ICN / BTC = 0.000057 (au 22 octobre)
  2. Convertir le CII en eICN (agir avant le 30 novembre)Retirez votre ICN dès que possible (au plus tard à la date limite de retrait du 30 novembre). Le 1 er novembre 2018, ICONOMI prévoit de mettre à disposition une interface pour investisseurs permettant de convertir un fichier ICN en eICN (consultez le site Web et le blog du projet  pour plus de détails). La date limite de conversion est le 31 décembre 2018 (vous pourrez probablement convertir après cette heure, mais des frais supplémentaires pourront s’ajouter). Le taux de conversion des actions ICN en actions eICN n’a pas encore été déterminé, mais la valeur d’une action eICN sera fixée à un franc suisse (CHF) et le taux de conversion ICN / eICN sera déterminé en déterminant un indice ICN / CHF. taux (ce taux sera publié à une date ultérieure). Nous ne savons pas encore quand les investisseurs recevront leur eICN, mais la création d’actions sera commencée au premier trimestre 2019. La conversion en eICN nécessite que votre compte sur la plate-forme ICONOMI soit vérifié au niveau 2 (il peut y avoir d’autres exigences – il similaire à l’ouverture d’un compte bancaire). Les résidents des États-Unis et du Canada ne sont actuellement pas admissibles à la conversion au eICN (si vous résidez aux États-Unis ou au Canada et êtes intéressé par la conversion, contactez ICONOMI à l’adresse eicn.support@iconomi.com).
  3. Convertir vos ICN en ETH (agir avant le 30 novembre) sur la plateforme ICONOMI. Retirez votre ICN dès que possible (au plus tard à la date limite de retrait du 30 novembre). Le 1er novembre 2018, ICONOMI envisage de mettre à disposition une interface client pour convertir ICN en ETH. Le taux de conversion d’ICN en ETH est alors de de 1 ICN = 0,0019 ETH (valable jusqu’au 31 décembre 2018). La conversion en ETH n’exige pas que votre compte sur la plate-forme ICONOMI soit vérifiée au niveau 2 et aucune restriction n’est imposée aux résidents des États-Unis ou du Canada. On ne sait pas encore quand les investisseurs recevront l’ETH converti.

Des bourses seront-elles répertoriées pour le commerce électronique?
Kraken n’a pas l’intention de prendre en charge le trading eICN et nous ne sommes au courant d’aucune bourse ayant annoncé le listing de ces token equity. L’univers des token et crypto-monnaie est sur la voie de la normalisation est c’est finalement une bonne nouvelle.

Kraken ajoute Tezos sur sa plateforme

Résultat de recherche d'images pour "tezos"

La crypto-monnaie Tezos a été ajouté ce 16 octobre 2018 par la plateforme Karen à la cotation avec les pairs XTZ/USD, XTZ/EUR, XTZ/CAD, XTZ/XBT, XTZ/ETH.  Il est maintenant possible également de déposer ces Tezos sur Kraken. La crypto-monnaie gagnait + de 10% sur la journée ce jour. Pour rappel Tezos est une crypto-monnaie avec une plate-forme informatique décentralisée pour les contrats intelligents. Après plus d’un an de bataille juridique et de rebondissements de toutes sortes, la Fondation Tezos a  finalement  délivré son produit fini, en septembre. Tezos a trois caractéristiques principales.

  1. Consensus par «Liquid Proof-of-Stake» – l’obstacle à la participation au consensus est relativement faible et la délégation n’est pas requise.
  2. Vérification intelligente des contrats – Tezos a inventé le langage de programmation Michelson qui permet de vérifier formellement les propriétés des contrats pour une meilleure sécurité des contrats. La validation des transactions est la responsabilité des « bakers ». Plus besoin d’un matériel informatique (souvent énergivore) pour assurer la sécurité du réseau. Ici, il faudra bloquer 10 000 « Tezzies » afin de devenir un baker.
  3. Gouvernance en blockchaîne – tous les aspects de la gouvernance sont contenus dans la plate-forme: vote sur les mises à niveau de protocole proposées, rémunération des développeurs et mise en œuvre des mises à niveau. En plus de sécuriser le réseau, les bakers ont un pouvoir de gouvernance, c’est-à-dire qu’il leur sera possible de voter lors des grandes décisions concernant le réseau. L’écosystème a été conçu pour être plus décentralisé que ses projets blockchain concurrents, dans lesquels la prise de décision est centralisée chez les mineurs et les développeurs. Le projet Tezos cherche à éviter les divisions de blockchain, telle la scission qui a eu lieu entre Ethereum et Ethereum Classic, Bitcoin et Bitcoin Cash , etc.

L’historique des prix  Tezos est le suivant :

  • ICO: 0,382 USD (juillet 2017 – 232 M USD sur 607,4 M XTZ vendus)
  • Début des transactions: 1,66 $ (02 oct. 2017)
  • Maximum de 52 semaines: 5,91 $ (02 juin 2018)
  • Minimum de 52 semaines: 1,14 $ (08 sept 2018)
  • Actuel: 1,23 USD (14 octobre 2018)
  • Capitalisation boursière totale: 748,0 M $ (14 oct 2018)

Fidelity, le géant de la finance se lance dans les crypto-actifs

Notre objectif est de rendre les actifs nativement numériques, comme le bitcoin, plus accessibles aux investisseurs explique la patronne de Fidelity Investments.

Fidelity le gestionnaire d’actif  bostonien, qui travaille pour 13.000 institutions financières et a 2.600 milliards sous gestion,  a crée une entreprise dédié, Fidelity Digital Assets, qui propose des services pour les crypto-actifs (exécution d’ordres, la conservation …), destinés aux investisseurs professionnels. Une première de la part d’un grand groupe financier traditionnel. Fidelity souligne que s’il existe de nombreux fournisseurs de services pour les particuliers dans l’univers des crypto-actifs, il restait un vide à combler du côté des investisseurs professionnels, dont beaucoup attendraient, « sur la touche ».

Tom Jessop affirme en effet : « Dans nos discussions avec les institutions, celles-ci nous disent que pour s’engager de façon significative dans les actifs numériques, elles ont besoin d’une plate-forme de confiance pour accéder à cet univers. Ces institutions exigent un niveau de service et de sécurité sophistiqué. Avec Fidelity Digital Assets, nous construisons une infrastructure évolutive pour les actifs numériques qui répond aux attentes de ce que ce que l’on attend de Fidelity, en tirant parti des capacités uniques de la Blockchain pour créer une offre complètement nouvelle ».

L’arrivée de cet acteur prestigieux va-t-elle achever de convaincre ces institutionnels tentés mais frileux ? La volatilité du Bitcoin et des principales autres crypto-devises comme l’Ether peut demeurer un frein. Cependant, « qu’il s’agisse de la popularité croissante en tant que réserve de valeur, ou la relative non-corrélation avec les marchés financiers, du potentiel d’alimenter des paiements internationaux à moindres coûts ou de l’émergence de protocoles pouvant générer de nouvelles industries », Fidelity souligne qu’il peut y avoir de multiples motivations de s’intéresser à cette nouvelle classe d’actifs.

L’horloger Hublot va vendre une série limité uniquement en Bitcoin

Montre Hublot en Bitcoin
Hublot la marque de montre luxe du portefeuille LVMH a bâti sa réputation sur l’horlogerie très haut de gamme. La marque va célèbrer les 10 ans du Bitcoin  avec une montre série limité.  Probablement une opportunité afin de toucher les nouvelles grandes fortunes des crypto-monnaies, cette montre pourra uniquement être réglée en Bitcoins.  Si l’on n’en sait pas encore beaucoup sur ce nouveau modèle, on apprend qu’il s’agira d’une édition limitée à 210 exemplaires de sa série Big Bang. Hublot a choisi ce chiffre en spécifique pour faire référence aux 21 millions de Bitcoins qui seront en circulation à terme ainsi qu’au 10ème anniversaire de la crypto-monnaie.

Cette nouvelle montre Hublot sera distribuée en exclusivité par un nouveau partenaire : OS Limited. C’est lui qui prendra les commandes et qui s’assurera du paiement en Bitcoins. Chaque montre sera alors gravée avec le numéro de la transaction (pour le règlement à OS Limited) dans la blockchain. Depuis le 19 septembre, les personnes intéressées peuvent marquer leur intérêt sur le site Hublot. Pour ceux qui voulaient rester anonyme au moment de leur achat, c’est loupé : il faudra fournir ses coordonnées pour prétendre acheter le modèle. Le 6 novembre prochain, la montre sera officiellement dévoilée, et c’est le 3 janvier 2019 que l’horloger expédiera les premières montres. Hublot indique que c’est le 31 octobre que sera déterminé le prix en Bitcoin de cette édition limitée (le taux de change USD/BTC sera pris comme référence).

Vous pouvez découvrir la page dédiée à cette montre.

Quand l’Art rejoint les crypto-monnaies : L’exposition Bitcoin Art revolution

Bitcoin Art Revolution Expo Affiche FR lqQuand l’Art rejoint les crypto-monnaies celà nous donne l’exposition éphémère Bitcoin Art revolution ouverte au public du 28 septembre au 5 octobre 2018 de 10h à 18h dans une galerie d’Art au 15 avenue de Messine, 75008 Paris.

Ce sont une dizaine d’artistes internationaux issus de divers horizons qui vont exposer leurs œuvres autour de la thématique du Bitcoin et des crypto-monnaies , pour cette exposition temporaire.  on retrouvera notamment : Youl, Andy Bauch, Coin Artist, Josephine Bellini, Nanu Berks, Mark Bern, Yosh, Pascal Boyart, Yom de Saint Phalle, Choq et Ilies Issiakhem. Si l’exposition se nomme “Bitcoin Art (r)evolution”, elle ne se limite pour autant pas au seul Bitcoin. L’exposition montrera le potentiel des crypto-monnaies. Elles seront partie intégrante du processus de création artistique et permettront de faire l’acquisition des œuvres en Bitcoin ou autres crypto-monnaies (Litecoin, Monero, Ethereum). Du Bitcoin sera caché dans certaines œuvres et des certificats d’authenticité inscrits dans la blockchain Bitcoin seront également délivrés aux acquéreurs.

Plus d’infos sur le site officielde l’exposition.

Un nouveau classement des crypto-monnaies mis en place par le CCID

Les classements sur les crypto-monnaies n’en finissent pas de fleurirent, dernier en date celui du CCID (China’s Center for Information Industry Development). Ce dernier fait état d’une étonnante 3ème place pour Komodo déjà cité dans notre article sur les vitesses de transaction.  

L’intégralité du classement disponible ici

L’or « relique barbare » serait-elle dépassé dans ses volumes d’échange par le Bitcoin?

On a pu récemment lire que : « D’après les statistiques de 5 grandes banques qui possèdent et gèrent le LPMCL (London Precious Metal Clearing Limited), le LBMA (Bourse de l’or de Londres) est en piste pour traiter environ 446 milliards de transactions cette année. Le LBMA est l’endroit ou se réalise la compensation des échanges réalisés sur le marché de l’or » (pour éviter trop de transfert physique).

Si l’on regarde le Bitcoin,  c’est déjà l’équivalent de plus de 850 milliards qui ont été échangés en BTC cette année en dépit de la baisse de 70 % de sa valeur. Nous atteindrons confortablement le millier de milliards d’ici la fin de l’année.

Vu que la bourse de l’or Londonienne (LBMA) traite environ 70 % des transactions globales d’or, nous pouvons dire sans trop nous avancer que le Bitcoin est désormais plus utilisé que l’or. L’expression « relique barbare » que nous utilisions déjà dans notre 1er article  n’a jamais été aussi vraie depuis la fin du Gold Standard par Richard Nixon en 1971 et la transition vers de la monnaie fiat non garantie par l’or.

AVANTAGE DU BITCOIN vs OR PHYSIQUE
Le Bitcoin a l’énorme avantage de pouvoir être transféré en un rien de temps n’importe où dans le monde, ce qui n’est pas le cas de l’or dont les échanges physiques représentent à peine une grosse quarantaine de milliards par an. L’or physique change rarement de coffre. Plus de 99 % des échanges sont virtuels via des produits financiers dérivés (Contrats Futures du Comex notamment). L’autre avantage est que le Bitcoin possède 8 décimales. Dont contrairement à l’or, la valeur du Bitcoin peut grimper en flèche sans que cela pose de problème pour payer de petites sommes en satoshis (fraction de BTC). C’est un avantage immense car si l’on part du principe que la véritable valeur d’une once d’or tourne autour de 240 000 $ et non pas 1250$, je vous souhaite bonne chance pour payer votre baguette puisqu’un gramme d’or vaudrait alors près de 9000 Dollars… (Une once = 28 grammes). Il va falloir des porte-monnaies de poussière d’or.

OUI MAIS LES VOLUMES DE L’OR PAPIER SONT ENCORE LOIN DEVANT CEUX DU BITCOIN

Les échanges sur l’or se font massivement via l’or papier (ETFs et futures) qui représentent environ 10 000 milliards de Dollards  (10 fois plus que le bitcoin).

En effet, si le COMEX (qui gère les contrats futures sur l’or) détient à peine 10 millions d’onces d’or (dont 60 % reposent dans les coffres de la HSBC et 22 % dans ceux de la JPMorgan). 10 millions d’onces d’or = Au cours actuel de l’or, environ 12 milliards $. Cela parait beaucoup à première vue mais ce chiffre est en réalité ridicule lorsqu’on le met en perspective avec aujourd’hui près de 10 000 milliards d’or papier (Futures et ETFs et autres papiers adossés à l’or): A peine une malheureuse douzaine de milliards de Dollars en réserve pour couvrir un encours de milliers de milliards (il y a environ 9 800 milliards d’or papier constitué de contrats Futures et autres ETFs). Dans un passé récent, l’or papier est même allé jusqu’à représenter plus de 500 fois la quantité réelle d’or physique disponible en 2016 si l’on se fie aux volumes de contrats Futures du Comex. Plusieurs contrats ETF peuvent être assis sur la même once d’or permettant plus de liquidité mais aussi un certain levier sur le marché de l’or.

CONCLUSION

Le Bitcoin est encore loin de représenter le total des échange sur l’or. Mais sans créer de contrat tel que les ETF et futures la progression des volumes est fortes et dans un monde ou les monaies Fiat sont de plus en plus volatiles avec un contexte de guerre commerciale latente le Bitcoin commence à devenir une valeur refuge stable (la volatilité sur le Bitcoin diminue).  Et si un jour notre système d’argent-dette implose le Bitcoin risque fort de tirer son épingle du jeu c’est une valeur refuge qui de plus ne souffre pas (ou pas encore puisque des société de gestion veulent mettre en place des futures et ETF sur le Bitcoin)  de l’effet de levier lié aux ETF et Futures.