Archives mensuelles : mai 2017

Flash krach, n’ayez pas peur !

 

Entre vendredi et samedi, le marché des crypto-monnaies a vu s’effacer entre 10 et 40% de sa valeur. Respiration ou début d’une correction de plus grande ampleur ? Voici quelques éléments de réponses.

Premièrement, le Bitcoin a plus que doublé en un mois, l’Ether a multiplié sa valeur par 20 depuis le début de l’année et il en va de même pour l’ensemble du marché. Les arbres ne montants pas jusqu’au ciel, il est normal d’avoir des corrections soudaine et brutale afin de purger le marché de ses excès récents. Cela permet généralement au marché de reprendre son souffle afin de mieux pouvoir repartir de l’avant.

Deuxièmement, le Japon vient d’autoriser le paiement en Bitcoin et de fait, lui reconnait pleinement le rôle de monnaie. Cette reconnaissance officielle d’un grand pays draine immanquablement des flux acheteurs sur le Bitcoin et par effet de contagion sur l’ensemble des crypo-monnaies.

Ensuite, la SEC (Security Exchange Commission), le gendarme de la bourse américaine, va examiner de nouveau le projet d’un ETF basé sur le Bitcoin. Ce produit coté en bourse permettrait ainsi d’investir sur la devise internet aussi simplement que d’acheter une action en bourse. Le marché potentiel est donc gigantesque car beaucoup de gérants d’actifs ne peuvent aujourd’hui investir sur les crypto-monnaies.

Dernier point et non des moindres, le ramsonware qui a infecté récemment des milliers d’ordinateurs demandait à être payé en Bitcoin. De nombreuses entreprises a travers le monde auraient donc constituées des resserves afin de faire face aux demandes des pirates. Une fois le piratage jugulé, elles auraients vendues leurs Bitcoins sur le marché entraînant ainsi sa chute.

En résumé, nous pensons que la tendance de fonds sur le Bitcoin et les crypto-monnaies est une lame de fonds  et que bien que sujette à une forte volatilité entraînant des corrections violents, la technologie Blockchain est en passe de révolutionner notre monde.

Happy Pizza day !!!

 

Une pizza a 20 Millions d’euros ça vous dit ?

10 000 Bitcoins, c’est le prix qu’a payé Laszlo Hanyecz, un développeur floridien, pour acheter deux pizzas. Le comble ? Il a du attendre trois jours pour trouver un compère prêt à lui vendre.

C’était en mai 2010 et notre pizzaïolo n’a pas fait une mauvaise affaire si il a gardé ses précieux Bitcoins. Au cours actuel, cela représente tout même la bagatelle de 20 000 000 de dollars.

Blockchain et café

 

Dans une industrie qui pèse 100 Mds de dollars, les inégalités entre petits producteurs et mastodontes de l’agroalimentaire sont légions. Afin de remédier à cette situation, une start-up américaine, Bext360 a décidé d’investir dans la Blockchain Stellar pour assurer le paiements en temps réel entre producteurs et consommateurs en limitant le nombre d’intermédiaires. L’objectif est également d’assurer la traçabilité sur toute la chaîne de valeur. La force du modèle est de permettre le paiement via mobile démocratisant ainsi l’accès aux nouvelles technologies de paiements.

Bitcoin et Ransomware mythes et réalités

Ce week-end l’actualité ne parlait que de ça : « Wannacry » des milliers d’ordinateurs à travers le monde touchés par une cyberattaque d’un niveau sans précédent .  Sur tous les ordinateurs infectés  le même message d’erreur accompagné d’une demande de rançon de 300 dollars sous peine d’effacement des contenus, d’un logo Bitcoin et d’une adresse de paiement.  Et de nombreux articles ou commentaires concluent très rapidement « Bitcoin: la monnaie virtuelle intraçable » c’est complètement faux.  Le Bitcoin est tout l’inverse, il repose sur une chaîne de blocs qui historise de façon complètement transparente les transactions.  Les sites https://blockchain.info ou oxt.mepar exemple permettent de suivre toutes les transactions qui passent par une adresse.

Trois adresses de paiement ont notamment été rendues publiques par des victimes (il en existe beaucoup d’autres) :
13AM4VW2dhxYgXeQepoHkHSQuy6NgaEb94
12t9YDPgwueZ9NyMgw519p7AA8isjr6SMw
115p7UMMngoj1pMvkpHijcRdfJNXj6LrLn

C’est en revanche la question de l’anonymat qui peut poser problème en effet une adresse  Bitcoin ne nécessite bien évidement pas de déposer des documents légaux pour être créé (à titre de comparaison, la Suisse permet aussi les comptes numérotés sans que cela ne pose problème …). Et il est en plus assez facilement possible de regarder quelle adresse IP a accédé à une adresse Bitcoin, mais là encore les cybercriminels utilisent des proxy pour brouiller les pistes.

Zcash ou Moreno sont elles des monnaies qui reposent sur un autre protocole beaucoup moins traçable et pourraient permettre de blanchir une partie des sommes collectées par ce « ransomware ».

Il faut espérer que si les autorités ne se mettent pas rapidement à la page, la communauté se mobilise pour traquer voir « flaguer » et rendre inutilisable les Bitcoin qui sont passés par les adresses des pirates, ce qui est techniquement réalisable. Diaboliser tout un système est dommageable, alors que c’est une question de moyen et d’organisation si l’on veut mettre fin à ces pratiques.

Un autre mythe : les nouveaux records atteints par le Bitcoin ce week-end sont le résultat du « ransomware »  difficile à dire et même si quelques anticipations ont pu soutenir les cours Le patron d’Europol a confirmé dimanche qu’il y avait eu « remarquablement peu de paiements jusque-là.  Il ne devrait pas y avoir un énorme trou d’air par la suite les fondamentaux sont et restent solide sur le Bitcoin.

Blockchain et droits d’auteurs

On en parlait sur notre fil twitter (https://twitter.com/ChainInvest), une des nombreuses applications de la Blokchain peut être la gestion des droits d’auteurs. C’est pourquoi, Spotify, entreprise suédoise créée en 2006, rassemblait en mars 2017, plus de 50 millions d’abonnés sur sa plateforme de streaming musical vient de racheter la startup Mediachain. Concurrent de Deezer, Apple Music ou autre Google Play, la plateforme de streaming a du récemment payer 20 millions de dollars aux artistes qui se plaignaient d’être trop faiblement rétribués.

En utilisant la Blockchain Ethereum, Spotify va lier les artistes à leurs oeuvres musicale et ainsi automatiser, décentraliser et sécuriser le calcul des revenus des auteurs. Avantages de l’opération ? Le coût de traitement est réduit et surtout, adieu les déboires juridiques avec les artistes !

En Mai les crypto-monnaies atteignent des sommets

Début mai on a vu le monde des crypto-monnaies battre de nombreux records :

  • Le Bitcoin fleurte avec les 1600$ ou 1400€
  • L’ Ethereum a cassé les 100 $ ou 90 € (soit une performance depuis de début de l’année de plus de 1 000% ) la capitalisation totale de l’Ethereum a été portée a prés de 9 milliards de dollars
  • Ripple a multiplié son prix par plus que 10 en un mois
  • Portée par la hausse de l’ensemble des principales devises,  la capitalisation de l’ensemble des crypto-monnaies a atteint plus de 42 milliard de dollars

Des explications à ce phénomène et sommes nous dans une bulle ou une saine montée en puissance des crypto-monnaies?

La hausse semble être portée par des facteurs robustes : nous vous en parlions dans un précédent article les ICO semblent devenir un vrai moteur de financement (une sorte de révolution crowdfunding 3.0)  qui s’étend maintenant dans un univers plus large que les seules entreprises de la Blockchain (les échanges se font dans les principales crypto-monnaies et viennent soutenir les cours). L’usage devient de plus en plus mature et se répand rapidement dans la société.  Plus que les œuvres d’art qui s’achètent en Ethers, c’est l’usage des porte monnaies de crypto-monnaies qui se simplifie, et les banques tel que BBVA commencent à utiliser des  crypto-monnaies. Le marché du transfert d’argent transfrontalier évalué à 400 milliards de dollars pourrait vite être pris d’assaut par les crypto-monnaies et la Blockchain.

Néanmoins des corrections passagères plus ou moins violentes sont à prévoir.  L’investissement dans les crypto-monnaies demande des nerfs solide et un cœur bien accroché mais le retour sur investissement est au rendez-vous

 

L’Ethereum danse le Gangnam style !

 

Le centre de gravité pour le trading d’ Ethereum s’est désormais déplacé en … Corée du Sud.

Avec plus de 100 millions de dollars échangés quotidiennement, les échanges sur Ethereum connaissent un véritable engouement.

Sur cette masse, plus de 10% des échanges se traitent en Corée du Sud via la plateforme Bithumb.

Pour rappel, les principaux échanges de Bitcoin restent quant à eux concentrés en Chine.

https://cointelegraph.com/news/how-south-korea-has-become-largest-ethereum-market-above-us-china

 

 

Acheter des œuvres d’art en Ethers, oui c’est possible !

L’Ether a désormais dépassé les 100 USD et fait plus que jamais figure de concurrent numéro 1 au célèbre Bitcoin. Afin de promouvoir son développement en France, une initiative intéressante à vue le jour. En effet, À La Compagnie, dans le Xe arrondissement, de jeunes artistes on eu l’idée de proposer une exposition ou les œuvres ne s’achètent qu’en Ethers (entre 10 et 50).

Les œuvres proposées sont centrées  sur les moyens d’expressions de la « génération Y » : peinture numérique, vidéo, peinture acrylique, poscas, photographie.

Pour les novices, un lieu de d’échange sur la crypto-monnaie est également prévu afin que chacun puisse partager son expérience et se former sur le sujet.

« Si cette monnaie s’imposait sur le marché de l’Art, c’est l’ensemble des codes de valorisation et de diffusion de ce ce marché qui pourrait être renversé » ajoute Christophe Pouilly, Art Diffuseur à La Compagnie.

https://www.ethereum-france.com/