Archives mensuelles : mars 2017

ICONOMI, improvisez vous trader !

 

Iconomi est une plateforme digitale de gestion d’actifs avec pour sous-jacents les crypo-monnaies et ses dérivés. Après avoir créer son compte, vous pouvez investir votre portefeuille sur les différents actifs digitaux à votre disposition. Jusque la, rien de bien nouveau. L’originalité du projet réside dans la faculté à attirer des capitaux grâce à sa réputation. Ainsi, les performances de chacun sont visibles et chacun peut investir sur le portefeuille du voisin en complément du sien. Les meilleurs gestionnaires seront donc prisés par la communauté au détriment des moins bons. Iconomi a également créé ICONOMI.index, un indice permettant d’investir passivement sur l’économie de la Blockchain.

https://www.iconomi.net/

 

ChronoBank : changer l’industrie RH

ChronoBank est un projet ambitieux qui vise à changer l’industrie RH & Recrutement. ChronoBank veut innover dans le recrutement en intérim pour plusieurs professions clés. ChronoBank est une alternative originale parce qu’elle est structurée autour d’un jeton blockchain : un token qui va être un étalon pour le temps de travail. L’objectif est de changer la manière dont les gens trouvent du travail en intérim et la manière dont ils sont rémunérés: dans un cadre décentralisé et sans la participation des institutions financières courantes.

Les jetons de TIME obtenus dans l’ ICO donnent au détenteur des commissions chaque fois que des jetons LH sont émis sur la blockchain: 3% en 2017, 2% en 2018, 1% en 2019 et au-delà. Les détenteurs de jetons TIME auront également droit à des frais de transaction: 0.15% sur chaque opération LH.

Le projet se déroule en deux étapes : Etape 1 – Création de l’épine dorsale financière de ChronoBank.io: les jetons nationaux Labour Hour (LH). Ces jetons seront liés au salaire horaire moyen du pays et sont soutenus par l’expertise réelle de grandes entreprises du recrutement et du travail intérim.

Etape 2 – Création de la plateforme de marché décentralisée LaborX, dans laquelle les professionnels du recrutement seront en mesure de vendre du travail intérim par tranches horaires en négociant des jetons LH qui vont se substituer aux monnaies fiduciaires pour les paiements et permettront aux gens d’être récompensés pour leur travail. Ces jetons écartent les risques liés à la volatilité, typiques des crypto-monnaies. L’objectif est d’avoir un jeton stabilisé, non contrôlé par les banques, capable de devenir le standard de services en main-d’œuvre. Le patron devra acheter des LH pour payer un travail tandis que l’ouvrier devra reconvertir les LH gagnés en euros. A moyen/long terme, chaque participant ChronoBank aura une réputation dans la plateforme et pourra justifier une rémunération appropriée à son niveau de compétence.

Les principales professions visées sont les suivantes: Pigiste – développeur informatique – ménage – bâtiment

ChronoBank va utiliser différentes blockchains pour émettre ses jetons LH: Waves, Ethereum, NEM… La première blockchain est Ethereum, et les autres arriveront en support pour garantir plus de sécurité et d’intégrité à l’ensemble du système une fois que celui-ci sera pleinement opérationnel et qu’il y aura un volume assez important de jetons LH. Les raisons sont d’ordre financier et idéologique mais aussi très pragmatiques: Chronobank veut créer une solution et souhaite diversifier les opérations afin de ne pas être trop dépendant d’une blockchain en particulier.ChronoBank aura un audit de sécurité externe sur tous les smart contracts qui sont opérationnels dans le système, cela afin d’éviter des accidents comme celui du TheDao. Le projet Chronobank est open source déposé sur  GitHub

A notre sens, plusieurs obstacles peuvent surgir :  légal dans un premier temps les grandes nations (pour l’instant Chronobank est basé Australie), vont elles réglementés la  plateforme. Chronobank? Quid des charges salariales du système de cotisation pour les retraites, le système de santé …    Chronobank va-t-il réussir à recruter suffisamment de sociétés prêt à passer par la plateforme pour leur besoin de main d’oeuvre? Le système de paiement un peu complexe va t’il trouvé son public dans un monde encore peu évangélisé à la blockchain?

Ce type de projets est en tout cas toujours à suivre de près, si il arrive à percer, il pourrait prendre rapidement des parts de marché mondiales.  La désintermédiation permettra normalement un gain financier pour tous des participants.

Steem, la sociale cryptomonnaie

Steem est la monnaie virtuelle du réseau Steemit. Basée sur un technologie P2P, cette Blockchain a pour domaines d’intervention les médias sociaux et les applications sociales-financières. La nouveauté est que les contributeurs au réseau (developpeurs, lecteurs assidus, commentateurs) sont rémunérés par de Steem(s) pour 50% et par des dollars US sonnants et trébuchants. Ainsi, Steem est devenu la première cryptomonnaie à remunérer ses partenaires par des « Smart contacts ».  la proof-of-work est utilisé comme mécanisme de consenus et d’émission.

https://steem.io/l

Arcade City : le blockchain Uber-killer

Arcade City est une plateforme ouverte où conducteurs et passagers peuvent être mis en relation directement, sans intermédiaire. L’idée est de contrer la centralisation des prix fixés par Uber et les 20% de commissions prélevées sur chaque trajet. Un mois après le lancement d’Arcade City mi-février, plus de 1000 trajets ont été effectués dans une centaine de villes aux Etats-Unis (dans 27 Etats différents), ainsi qu’en Australie. La popularité du site est grandissante. https://arcade.city  Vous pouvez devenir propriétaire depuis peu du token Arcade city  sur https://etherdelta.github.io code ARC

 

La SEC refuse l’ETF sur le Bitcoin !

Le Bitcoin a chuté lourdement de 18% suite au refus de la SEC d’agréer l’ETF des frères Winklevoss (co-fondateurs de Facebook avec Marck Zuckerberg) sur la cryptomonnaie. Le cours est revenu sous les 1000 USD à 978,76 USD après cette décision. Dans la nuit, les acheteurs se sont mobilisés et le BTC évoluait dans la matinée de samedi autour de 1180 USD. La SEC a indiqué que sa position ne fermait pas la porte au projet d’ETF sur la cryptomonnaie et a motivée sa décision par le fait que Bats (la bourse sur laquelle allait être cotée le produit) n’était pas en mesure d’assurer un contrôle suffisant.

https://www.bloomberg.com

 

 

Le bitcoin plus cher que l’or !

On le pressentait en début d’année, cette fois ci on y est ! Un Bitcoin vaut désormais plus chère qu’une once d’or. Le premier ETF agréé par la SEC aux Etats-Unis n’y est sans doute pas pour rien.

Dans le même temps,l’or patît des anticipations de taux par la FED lors de sa réunion du mois de mars. La capitalisation de la crypto-monnaie est désormais supérieure à 20 milliards de dollars