L’analyse technique du vendredi : EOS\USD

Après avoir été la plus grosse ICO de l’année en levant 185 millions de dollars (depuis détrône par Tezos) et atteint  les 5,5 USD, le cours s’est complètement écroulé et cote désormais autour de 0,55 USD (oui oui, une division par près de 10). Le seuil des 0.55 – 0.5 a fait office de support et semble etre un niveau plancher solide, le cours étant venu plusieurs fois s’appuyer plusieurs sur ces niveaux). Un rebond est donc désormais probable et les gourmands pourront viser un retrour à 0.8 – 0.9, soit le haut du canal horizontal.

 

 

Vous pouvez vous aussi nous soumettre vos analyses (technique ou fondamentale) sur :analyses@blockchain-invest.fr

Les informations contenues dans ce site relatives aux produits et services fournis par Blockchain-invest sont publiées à titre purement informatif.
Aucune garantie ne peut être donnée quant à l’exactitude et à l’exhaustivité des informations diffusées. Toutes les informations disponibles sur le site ont un caractère exclusivement indicatif. Ces informations sont issues des meilleures sources et sont fournies de bonne foi néanmoins elles ne sauraient engager notre responsabilité. Les informations contenues dans ce site ne constituent ni en totalité, ni en partie un service de conseil en investissement. Blockchain-invest ne pourrait être tenu responsable de toute décision ou stratégie d’investissement fondée sur une information mentionnée sur le site. Blockchain-invest décline toute responsabilité en cas de pertes financières directes ou indirectes causées par l’utilisation des informations fournies.

Tezos, une ICO en chute libre !

 

Tezos, la start up qui a levée 232M$ en juillet via une ICO est en chute libre sur les bourses d’échanges (entre -30 et -60%).

Le projet ne serait finalement pas lancé avant la fin de l’année comme annoncé et le management se diviserait sur la gestion des fonds levés …

Dans le monde impitoyable des ICO’s, Tezos semble être une bien mauvaise affaire.

Stellar Lumens +107% en 24h suite au partenariat avec IBM

IBM a dévoilé aujourd’hui les résultats d’un partenariat avec la start-up Stellar, qui a permis de régler avec succès des transactions réelles en utilisant la crypto-monnaie personnalisée de l’entreprise, lumens.

Dans le cadre du nouvel arrangement, les banques effectueront les transactions en utilisant Lumens, puis compteront sur les teneurs de marché locaux pour convertir les Lumens en monnaie fiduciaire locale. Les Lumens sont créés par la société à but non lucratif appelée Stellar, fondée par Jed McCaleb, une figure bien connue dans le monde des paiements et de la monnaie numérique. D’après l’annonce d’IBM, les commerçants et les consommateurs pourront envoyer de l’argent dans un autre pays en temps quasi réel, accélérant ainsi un processus de paiement qui prend généralement des jours.Alors qu’elle est actuellement limitée aux paiements transfrontaliers impliquant des livres britanniques et des dollars fidjiens, la plateforme est néanmoins conçue pour traiter sept monnaies fiduciaires dans le Pacifique Sud, y compris le dollar australien, le dollar néo-zélandais et le pa’anga des Tonga .

Ce partenariat dépasse les simples implications techniques.Non seulement le partenariat est un mouvement hors du commun pour IBM, qui a largement mis l’accent sur ses propres plates-formes de blockchain, mais c’est une grande victoire pour Stellar qui, issue de l’équipe fondatrice de Ripple, n’a pas connu la même croissance en partie en raison de son intérêt pour les marchés en développement. Le partenariat est également la preuve de l’étendue de la collaboration entre les entreprises de blockchain et le monde financier plus large. Pour que le projet fonctionne, IBM a bénéficié de l’aide de partenaires tels que National Australia Bank, TD Bank et Wizdraw (HK) de WorldCom Finance.

IBM considère également la démo comme ayant des implications pour la numérisation de l’argent de la banque centrale – un concept qui a attiré beaucoup d’attention récemment alors que les banques centrales du monde entier s’intéressent de plus en plus à la manière dont la technologie pourrait créer des gains d’efficacité.

Comment prêter vos crypto-monnaies

De nombreux sites vous proposent de prêter vos crypto-monnaies, certains avec des taux de rendement vraiment alléchant mais attention une des règles qui prévaut dans la finance « there is no free lunch » (il n’y a pas de repas gratuit). Si vous êtes capable de comprendre cette règle vous êtes capable de de devenir un excellent gérant. Car si il n’y a pas de « free lunch » le corollaire c’est que toute rémunération de vos investissements correspond à un risque. Vous devez donc comprendre et accepter ou non le couple rendement (espérance de gain) / risque pour gérer efficacement vos investissements.

Nous allons donc essayer de faire le tri entre le bon grain et l’ivraie des sites de pret.

Commençons par l’ivraie (les sites dont il faut rester à l’écart)

https://bitpetite.com le site propose le taux de rendement incroyable de 3.60% par jour soit 180% pour 9 semaines. Mais comment générer de tel rendement le tout avec la possibilité de retirer à tout moment son investissement (pas de risque de liquidité). Le site enrobe de tel rendement sur un business de transfert de Bitcoin anonyme mais aucune activité ne peut soutenir de tel rendement c’est donc bien un schéma de Ponzi (les nouveaux investisseur permettent de payer les anciens) jusqu’au jour ou il n’y a pu assez de nouveau investisseur pour payer les rendement des anciens. Restez à l’écart

https://bitconnect.com qui représente une capitalisation de près de 1,6 Md€ repose sur un principe Vous pouvez investir vos BitConnect dans la plateforme de prêt Bitconnect (complètement centralisé très étrange quand l’avantage de la blockchain et de décentraliser). Vous recevrez alors un bénéfice quotidien basé sur vos options d’investissement plus ou moins long avec des taux de 0,10 à 0,25% par jour soit 40% par mois.  Bitconnect justifie de tel rendement par la faculté à utiliser un trading bot sur la volatité du bitcoin. Ca me rappel la belle histoire de Madoff qui justifiait lui aussi ces taux de rendement par un super robot trading sur le NASDAQ. En plus des nouveaux clients Bitconnect peut payer ses rendements grâce à la création de coin qui reste très opaque.  Restez à l’écart 

Mais alors peut on prêter ses crypto-monnaies avec rémunération quel est le bon grain

https://www.poloniex.com/lending pour trader certain trader sont prêts à vous emprunter vos crypto, la plateforme permet à l’offre et la demande de se rencontrer

https://www.bitbond.com/ Bitbond est un site de financement participatif en utilisant les Bitcoins. ( très spéculatif mais sérieux)

 

Alerte deux nouvelles ICO frauduleuses : REcoin et DRC

La Securities and Exchange Commission (SEC) a réussi à déjouer les plans d’un certain Maksim Zaslavskiy, qui projetait de frauder les investisseurs, par l’intermédiaire de deux ICO : REcoin et DRC world. Ces ICO se révèlent être un stratagèmes qui cache au mieux une pyramide de Ponzi.

Selon le communiqué de presse de la SEC (disponible ici),  les deux ICO frauduleuses étaient destinées à financer les projets REcoin et DRC world– pour Diamond Reserve Club. REcoin était présenté comme « la toute première cryptomonnaie adossée à l’immobilier ». DRC était censé investir dans les diamants. Pour convaincre les investisseurs, les porteurs de projets insistaient sur les « rendements appréciables », même si derrière les projets il n’y avait que du vide. En plus de mentir sur les gains potentiels que les investisseurs pouvaient réaliser dans les deux ICO, les auteurs affichaient avoir une « équipe d’avocats, de professionnels, de courtiers et de comptables », dont la plupart devaient jouer un rôle déterminant dans l’avenir de tous les investissements. Bien évidemment, il n’y en avait pas. Ils ont également falsifié les montants d’argent recueilli pour rendre les projets plus crédibles. Ils prétendaient avoir récolté entre 2 et 4 millions de dollars. En réalité, ils n’avaient perçu « que » 300 000 $, une somme déjà importante pour des projets remplis de vide.

La SEC a déjà obtenu une ordonnance de référé du tribunal, pour geler les actifs de Zaslavskiy et de toutes ses entreprises. Cependant, on ne sait pas bien comment les victimes de ce stratagème frauduleux seront indemnisées. Les sites des deux ICO https://101recoin.com  et  https://drc.world/ affichent un message qui met en avant un soit disant mal entendu avec la SEC. Rester à l’écart de ces ICO semble néanmoins du bon sens.

Vous pouvez retrouver la liste de toute les ICO frauduleuses sur http://blockchain-invest.fr/category/scam-arnaques/

La Corée du sud interdit les ICO !

Après la Chine, c’est désormais la Corée du sud qui interdit les ICO. Les arnaques, escroqueries, et autres entourloupes en tous genres auront eu raisons de ce juteux marché. Il faut toutefois rappeler que  les ICO Coréennes relevaient plutôt du jeu de hasard que du financement de véritables projets innovants. Un mal pour un bien ? Surement ! Ce marché ou a eu lieu tant d’excès a besoin d’un peu de pérennité , de régulation non seulement pour protéger les investisseurs mais aussi pour ne pas jeter le discrédit sur un mode nouveau de financement innovant.

On parle de nous !

Jacques TIBERY, journaliste multimédias, a repris un de nos article sur le célèbre pizza day. En voici un extrait :

Ce jour de mai 2010 deivendra le Bitcoin Pizza Day : l’acte de naissance d’une nouvelle monnaie.

« Je propose 10 000 bitcoins pour quelques pizzas… j’aimerai bien 2 grosses, comme ça il m’en restera demain. J’aime avoir des restes de pizza à grignoter. Vous pouvez faire la pizza vous-même ou l’acheter et me la faire livrer (…) Si vous êtes intéressé, dites-moi et on fera un deal. Merci ! » Voici un extrait du post devenu fétiche, publié par Laszlo Hanyecz en 2010, et qui conduira à la première transaction « réelle » en Bitcoin, une monnaie immatérielle née en 2009 et gratuitement distribuée aux informaticiens, en l’échange de coups de mains dans le traitement de certaines données – le data mining.

20 millions de $

L’informaticien affamé dû patienter trois long jours pour qu’un internaute accepte d’échanger ses bitcoins contre deux pizzas Papa John’s, estimées à 25 bucks. Aujourd’hui, pour la même somme, Laszlo pourrait s’offrir pour 20 millions de dollars de Réginas ! « Mais en 2010, aucun pizzaïolo n’avait accepté les bitcoins de Hanyecz, explique Alex Ferci, fondateur du site Blockchain Invest dédié aux cryptomonnaies. En fait, il a été obligé d’échanger ses bitcoins contre deux pizzas déjà achetées par un autre membre du forum Bitcointalk, répondant au pseudo de Jercos ». Au micro de NBC, Laszlo Hanyecz se souvient : « sur le moment, je trouvais juste qu’échanger mes bitcoins contre une pizza était extrêmement cool. Personne ne pensait que le bitcoin allait devenir aussi important ». Après quelques mois, le développeur – dont le compte affichait près de 80 000 BTCs – en revendait une partie pour, déjà, 4000 dollars. « Assez pour m’acheter un nouvel ordinateur et un paquet de nouvelles cartes graphiques, s’enorgueillit Lazslo. Donc, je peux dire que je m’en suis bien tiré ! » …

Retrouvez l’article entier via le lien ci dessous et n’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires :

https://www.linkedin.com/pulse/en-2010-il-ach%C3%A8te-une-pizza-10-000-bitcoins-7-ans-plus-jacques-tiberi/?published=t

A vos claviers !

JP Morgan : faite ce que je dis pas ce que je fais

Jamie Dimon, le PDG de JPMorgan, a estimé mardi que le Bitcoin, « va imploser » parce qu’elle est une « escroquerie ». Cette monnaie cryptographique « ne va pas bien finir », a déclaré Mr Dimon, lors d’une conférence sur la finance à New York. « C’est une escroquerie », a-t-il ajouté, ajoutant qu' »un gouvernement peut décider d’y mettre fin car les autorités publiques aiment avoir la main sur les devises ». « La Blockchain est utile, pas le bitcoin » Le banquier a mis en garde ses traders, avertissant que si ces derniers venaient à passer des ordres sur le bitcoin : « Je les licencierais à la seconde. Pour deux raisons: c’est contre les règles et ils sont stupides et les deux sont dangereux », a-t-il prévenu. Mr Dimon a toutefois reconnu que la blockchain, technologie derrière le Bitcoin, était utile mais que ses usages dans le quotidien allaient prendre du temps. « ça ne se fera pas du jour au lendemain », a-t-il fait affirmé.

Le Bitcoin avait atteint le niveau de 4.880 dollars le 1er septembre, un record. Il est depuis redescendu, à la suite notamment de la décision de la Chine d’interdire coup sur coup l’accès aux ICO, puis aux principales plateformes de crypto-monnaies faisant échos aux propos de Jamie Dinon. Mais des trader d’une platefome suédoise ont noté que JPMorgan était passé à l’achat hier comme le montre le screenshot ci-dessous.  Un problème dans la ligne hiérarchique JPMorgan ou un double discours pour se créer des opportunités?

 

Demain une belle ICO française : DomRaider

Parmi la multitude d’ICO (ci dessous une petite infographie récapitulative) qui sont lancées tous les jours une ICO française intéressante a lieu demain : DomRaider

DomRaider lance l’émission de son jeton, le DRT, pour financer sa croissance et propulser au niveau mondial son réseau blockchain dédié aux ventes aux enchères de nom de domaine.  La Startup Française créée en 2013, est spécialisés en “drop catching”. Cette technique consiste à réserver les noms de domaines fraîchement expirés (.com, .net, .fr…) et à les vendre aux enchères.
L’entreprise est en croissance avec déjà plus de 20.000 ventes à son actif. L’équipe de 30 personnes  est répartie dans 3 pays (bientôt 5). Domraider a su conquérir de prestigieux clients qui lui font confiance pour récupérer les plus beaux noms de domaines pour leur usage SEO, marketing ou pour la protection de leurs marque.

Une belle ICO à suivre.

https://www.domraider.io/fr/

Le whitepaper

Première bataille légale dans le secteur des crypto-monnaies R3 vs Ripple

Les deux startups blockchain  Ripple et R3 sont entrées dans une nouvelle bataille juridique, suite à un différent contractuel entre les deux entreprises.

Vendredi,  R3, un consortium de plus de 80 institutions financières à travers le monde, a poursui dans le Delaware,  son partenaire Ripple, sur un contrat d’options pour acheter plus de 1 milliard de dollars de XRP. Le même jour, dans un tribunal d’état de Californie à San Francisco, Ripple a déposé plainte contre R3.

R3 déclare qu’en septembre 2016, les entreprises ont conclu une entente avec pour R3 une option d’acheter 5 milliards de XRP à un prix d’exercice de 0,0085 $ d’ici à septembre 2019. Après avoir augmenté de plus de 3 000% cette année, XRP se négocie maintenant à plus de 0,20 $, ce qui fait que les options valent plus d’un milliard de dollars.

De son coté dans sa plainte, Ripple a accusé R3 de ne pas avoir confirmé ses efforts de collecte de fonds. Ripple a également accusé R3 de cacher le fait que plusieurs des membres du consortium, notamment Goldman Sachs et Banco Santander, cherchaient à quitter le groupe malgré les promesses de R3. Dans sa plainte Ripple prétend que R3 a trompé Ripple pour conclure des accords de partenariat, signés en 2016, dans lesquels Ripple devait bénéficier des partenariats bancaires de R3, tandis que R3 gagnerait non seulement des options d’achat, mais aussi une part des 15% de revenus Ripple avec les banque participants à leur partenariat commercial. Ripplee allègue qu’après la signature, R3 n’a pas concentré ses efforts sur la collecte de fonds. (En mai de cette année, R3 a annoncé qu’elle avait recueilli 107 millions de dollars). Ripple allègue également qu’avant la signature, R3 a mis en avant la participation de partenaires comme Goldman Sachs et JP Morgan, qui ont quitté le consortium après la signature du contrat avec Ripple. Il demande donc que le tribunal invalide ses accords et que R3 verse des dommages et intérêts pour la violation de son accord avec Ripple d’un montant à déterminer au procès.

Un porte-parole de Ripple a écrit: « Notre dépôt est simple: R3 a mal présenté sa capacité à respecter leurs engagements. Compte tenu de l’augmentation de + 4000% de XRP au cours de l’année, R3 veut soudainement utiliser la valeur de XRP, bien que les faits soient clairs ils n’ont gagné aucune option en fonction de notre accord.

R3 a recueilli 107 millions de dollars auprès de ses banques de consortium, dont Bank of America Merrill Lynch, Barclays, Bank of New York Mellon, Citigroup, HSBC et Wells Fargo. Ripple a recueilli 94 millions de dollars auprès de Andreessen Horowitz, IDG Capital Partners, Santander Innoventures, SBI Investment, Seagate Technology et autres.

La capitalisation boursière ou la valeur du réseau de XRP a monté en flèche cette année de 236 millions de dollars à 8 milliards de dollars . On pense que Ripple possède environ 60% de XRP en existence.